Université

Ce qu’il faut savoir sur la filière biologie

La biologie est sous-entendue comme la science du vivant. Elle étudie toute sorte de vies sur terre comme les molécules, les cellules, l’organisme et l’écosystème. Une fois à l’université, les étudiants peuvent continuer leur parcours au niveau de ce champ d’études. Il est à noter que la licence en biologie est une formation diplômante équivalente à un Bac + 3 et qui permet d’obtenir 180 crédits. Mais en quoi consiste la biologie ?

La définition de la biologie

Le mot biologie vient de deux mots grecs « bios » et « logos » qui veulent respectivement dire « la vie » et « discours » ou « parole ». Jean-Baptiste de Lamarck, un français naturaliste, a évoqué pour la première fois le nom biologie dans son ouvrage en 1802. Cette science a pour objet l’être vivant et la vie dans son ensemble et dans son fonctionnement. C’est dans cette filière que les étudiants auront une réponse sur les différences entre les êtres vivants, les objets inanimés, les machines et la vie de manière scientifique.

Les parcours en biologie

En première année, les étudiants doivent passer par un parcours à tranche commune. À part la biologie, ils devront aussi approfondir leurs connaissances sur les mathématiques, la physique, la chimie, la géologie et l’informatique. En L2, les programmes seront beaucoup plus techniques. Cependant, les jeunes pourront avoir plus de connaissances sur la microbiologie, la biochimie, la biologie cellulaire, la génétique et l’enzymologie. Pour obtenir la licence en L3, il existe plusieurs parcours à choisir. On peut citer, par exemple, la biologie cellulaire et la physiologie, la biologie humaine et génétique, la biotechnologie, la biologie et la biochimie, la biologie et l’environnement.

La biologie cellulaire et la physiologie : ce qu’il faut savoir

L’objectif de cette filière est de donner aux étudiants une formation théorique et pratique concernant la biologie. Dans le domaine professionnel, l’apprenant peut intégrer facilement le département recherche et développement, le pôle contrôleur qualité en industrie ou encore être un enseignant spécialisé dans le domaine. Ce parcours se base sur les domaines du fonctionnement de l’organisme multicellulaire, notamment l’étude des cellules et des molécules, la physiologie animale et végétale, la génétique et les neurosciences. Cette discipline rend les étudiants plus compétents au niveau des analyses et de la compréhension de phénomènes complexes. La maitrise de l’outil bio-informatique et de l’anglais scientifique serait également leur principal atout.

Les jeunes auront l’opportunité de travailler en autonomie et en collectivité à la fac. Ils peuvent ainsi développer leurs capacités d’adaptation et de réflexion surtout dans le cadre professionnel. En BCP ou biologie cellulaire et physiologie, il existe deux parcours supplémentaires. Le premier est le cursus « BIOMIP ». Il s’agit d’un ajout de programme. Les étudiants auront aussi l’occasion d’apprendre les maths, la physique et beaucoup d’autres matières scientifiques. Le cursus « concours B » est le second chemin. Ce parcours prépare les apprenants à accéder dans les écoles de vétérinaire ou d’agronomie.

La génétique

La génétique figure parmi les disciplines les plus intéressantes de la science de la vie. En effet, elle évolue de manière exponentielle depuis le début du troisième millénaire. Cette filière étudie les gènes et les hérédités.

Elle est subdivisée en plusieurs branches. La génétique du développement se concentre surtout sur les études des acteurs moléculaires depuis la formation de l’organisme. Elle se focalise sur l’approfondissement d’un système biologique simple à l’organisme complexe (unicellulaire vers pluricellulaire). Lors d’un travail en laboratoire, les jeunes chercheurs utilisent des cobayes pour comprendre le mécanisme de la formation de l’organisme, notamment la drosophile, le nématode, le poisson-zèbre et d’autres plantes comme l’Arabidopsis. Il y a de même la génétique médicale. Celle-ci approfondit l’hérédité des maladies. Les étudiants de cette science vont identifier les mutations responsables des maladies et trouver une solution adéquate.

La génomique, une discipline assez particulière, figure également parmi les branches de la génétique. Elle procure aux étudiants une large connaissance sur la structure, la composition et l’évolution des génomes (les ADN). Ce domaine a pour mission d’identifier le fonctionnement des ADN de manière biologique (gènes, unités transcrites non traduites, miRNas, unités de régulation et bien d’autres encore). Il y a aussi ce qu’on appelle la génétique quantitative. Celle-ci s’occupe de différentes caractéristiques comme la couleur du pelage, la taille des cellules, la vitesse de croissance de l’organisme, etc. À part cela, la génétique de l’évolution est de même une science unique en son genre. Elle se focalise sur la sélection naturelle des génomes. Cela permet de comprendre le rôle des gènes dans l’adaptation et dans la survie aux environnements défavorables. Concernant la génétique des populations, celle-ci consiste à étudier les forces entourant la diversité génétique et la mutation de l’espèce avec le développement de modèles mathématiques et statistiques. Pour couronner le tout, il y a la génétique chronologique. Cette dernière étudie l’âge de la séparation des espèces en rapport avec la vitesse de croissance de la génétique.

La biochimie

La biochimie fait également partie des branches de la biologie. Elle consiste à étudier les réactions chimiques se trouvant dans les êtres vivants, notamment dans les cellules. Depuis des années, les scientifiques ont constaté le nombre considérable de processus biologiques depuis la botanique vers la médecine. Ils se rendent compte actuellement que chaque recherche tourne vers la biochimie et la biotechnologie. La biochimie a pour objectif de comprendre le fonctionnement des biomolécules et leurs interactions ainsi que des processus biologiques dans les cellules. Ce parcours s’intéresse aussi aux structures et aux fonctions macromoléculaires comme les glucides, les lipides, les protéines et les acides nucléiques. Au niveau professionnel, les biochimistes travaillent dans des hôpitaux ou laboratoires spécialisés. Ils vont étudier les causes des maladies, le traitement et les divers soins. Les nutritionnistes, par exemple, consultent l’avis des biochimistes pour fabriquer des régimes alimentaires sains. La connaissance en biochimie permet également de trouver les carences alimentaires d’un être humain (manque de calcium, de vitamines B1, B6, etc.). Combinée à l’agronomie, la biochimie peut être un atout essentiel dans la conception des engrais de qualité adaptés à divers types de cultures et sols. Outre cela, elle a la possibilité de lutter contre les parasites nocifs et facilite le stockage des récoltes.