Bac

Après le bac : choisir entre la classe préparatoire et l’université

Alors que les grandes écoles font de plus en plus d’adeptes, beaucoup d’élèves ne savent pas encore où s’orienter. Effectivement, certains étudiants ont vite compris l’importance de suivre des programmes diplômants certifiés par le marché du travail. D’autres, quant à eux, aspirent à une vie associative riche et à un réseau d’anciens actifs. Autant dire que les grandes écoles sont sélectives, malgré qu’elles soient intéressantes pour bon nombre de candidats. Pour y être admis après l’obtention du bac cependant, ces derniers se demandent parfois la meilleure solution. Faut-il suivre une formation en classe préparatoire ou au sein d’une faculté.

Prépa ou fac : le choix est difficile

La classe préparatoire et la faculté sont deux cursus qui ont certainement des points communs. Pourtant, ils sont également contradictoires selon certains points de vue. Chacun d’eux dispose aussi de ses propres qualités et défauts. C’est pourquoi il n’est pas toujours évident pour un élève de s’orienter vers le plus approprié par rapport à son objectif qui est d’intégrer une grande école. De plus, il pourrait se sentir perdu avec toutes les formations proposées dans le supérieur. Pour aider les étudiants à démystifier ces deux options, on leur offre un petit récapitulatif présentant leurs caractéristiques respectives.

Intégrer une université

Après le baccalauréat, il est possible d’aller à l’université où l’élève entamera son cursus par une formation de trois années. C’est le parcours pour ce qu’on appelle la licence. Par ailleurs, cela lui permet de recevoir des crédits européens, ou bien ECTS. La fin de cette licence sera, par la suite, marquée par un diplôme de niveau Bac +3. Pour ceux qui souhaitent suivre cette voie, ils doivent absolument connaitre les critères essentiels qui concernent la fac en particulier.

D’abord, il faut préciser que les cours se diffusent en amphithéâtre. Aussi, l’encadrement se fait de façon libre, d’où les étudiants disposent d’une grande autonomie. Ces derniers pourront également s’investir dans la vie étudiante. Par ailleurs, les professeurs y ont notamment le statut de chercheurs. Il existe des systèmes de passerelles entre les différents cursus qui permettent de faciliter le changement. Il est évidemment nécessaire de préciser que les examens ou les « partiels » sont réalisés par semestre. Enfin, l’université est de plus en plus sélective par rapport à ses adhérents.

Choisir une classe préparatoire

Il s’agit d’une formation qui se déroule au sein d’un lycée en vue d’une préparation aux concours des grandes écoles. À l’instar de l’ENS, c’est le principal cursus dont tous les étudiants devraient passer. Sinon, il est tout à fait possible d’en réussir d’autres selon ses envies. On peut par exemple citer ceux qui sont destinés à l’intégration des écoles de journalisme ou de commerce. Concernant les spécificités de ce genre de cursus, elles peuvent se traduire comme des défauts ou encore des atouts en fonction de chaque élève.

Premièrement, les cours proposés sont à la fois rigoureux et intenses, mais surtout efficaces. L’encadrement est strict avec un emploi du temps chargé et des travaux personnels multiples. La classe préparatoire fournit quant à elle un enseignement théorique. Ensuite, il faut savoir que la formation y fait souvent l’objet d’excellence. Pour l’intégrer, un élève doit passer par une sélection en fonction du dossier scolaire et de la motivation en post-bac. Il sera également soumis à des contrôles continus et passera une semaine de concours blanc tous les semestres.

Prépa ou fac : le choix selon le profil et l’objectif

L’université pour étudier à l’étranger

Il faut savoir que la classe préparatoire ne permet pas de suivre des études à l’étranger. C’est tout simplement en raison de l’absence d’un système équivalent là-bas. La faculté quant à elle le permet grâce à des partenariats comme Erasmus par exemple. De la sorte, les étudiants ont l’occasion de partir à l’étranger pour ensuite revenir afin de continuer leurs parcours pédagogiques. Si certains y vont pour un semestre ou une année, d’autres choisissent d’y effectuer leurs cursus en entier.

L’université pour une spécialisation dans un domaine particulier

Le nombre de filières proposées par chaque université permet aux étudiants de faire une sélection des cours auxquels ils seront affiliés. S’ils ont un objectif précis à atteindre, ils doivent aboutir et disposer d’une licence en vue d’obtenir des fondamentaux particuliers. Si l’élève est par exemple un adepte de la cinématographie et veut exercer dans ce domaine plus tard, il pourra passer une licence dans cette spécialité afin de se ressourcer et se cultiver avec des cours spécifiques : projection française, japonaise, etc.

La classe préparatoire pour rester dans le cadre du lycée

Formation proscrite dans les lycées, la classe préparatoire se diffère en dotant ses élèves de carte étudiant. De plus, les adeptes de ce cursus sont majoritairement des majeurs. Tout comme les lycéens, ils seront sanctionnés pour les retards et les absences qui sont notés par un responsable. Bénéficiant de suivis personnalisés, les participants ne sont pas nombreux, d’où ils sont connus par leurs professeurs. À la différence des élèves en terminal, ils suivront un programme dans lequel chaque matière sera étudiée minutieusement et vigoureusement.

La classe préparatoire en l’absence de carrière envisagée

Pour aller à l’université, il est au moins nécessaire de savoir ce dont on va exercer comme métier plus tard. C’est d’ailleurs de cette manière qu’un étudiant choisit ses cours. Après l’obtention du bac, s’il n’a pas encore une idée précise de sa future profession, il devrait intégrer une classe préparatoire. Il y suivra une formation générale où toutes les matières sont étudiées de la même façon. En tout cas, ce cursus est plébiscité par les élèves qui n’ont pas encore choisi leur carrière professionnelle et par ceux voulant plus de temps de réflexion.

L’université et la classe préparatoire pour poursuivre ses études

Entre la faculté et la prépa existe un système d’équivalence qui permet d’arrêter l’un de ces cursus pour ensuite intégrer l’autre. Par le biais des crédits ECTS, il est évidemment possible de transiter d’une CPGE à une université. Cela facilite la poursuite des études à la fac, en commerce, ou en école de management, de journalisme, d’ingénieurs, etc. En tout cas, il revient à chaque élève de faire son propre choix selon ses objectifs, ses attentes, ses besoins, mais aussi en fonction de sa situation.