Lycée

En venir efficacement à bout du problème de concentration en classe !

Concentration - image

Au collège, au lycée ou à l’université, le manque de concentration est un phénomène très courant. Pour chaque étudiant, cela a souvent une origine très précise. Comment se manifeste-t-il ? Quels sont les facteurs qui l’occasionnent ? Et comment remédier à ce problème ? Les quelques lignes qui suivent proposent quelques réponses à ces questions.

Quelques signes d’un manque de concentration

La concentration est un terme qui désigne la capacité à fixer toute son attention sur une chose en particulier. Plusieurs signes laissent savoir qu’un élève fait face à un manque de concentration. L’impulsivité est la plus fréquente. Dans ce cas, l’étudiant a du mal à se soumettre à ses professeurs. Il a tendance à ne pas respecter les délais et consignes imposés par ces derniers. En outre, il s’intègre très difficilement dans un groupe parce qu’il ressent parfois le besoin de bousculer les autres, ou de les interrompre, sans mentionner le fait qu’il a du mal à rester assis longtemps. Un autre indice est que l’étudiant est facilement distrait. Le moindre bruit, même celui d’un stylo qui tombe au sol, attire son attention de telle sorte qu’il manque les explications de son enseignant. Il est souvent « dans les nuages ».

Par ailleurs, on constate des erreurs qu’il aurait pu éviter, par manque de soin dans ses devoirs. Le manque de raisonnement, l’impossibilité d’effectuer des tâches longues, l’oubli de toutes les informations fournies et la difficulté lors de la lecture sont tous autant de signes qui permettent de savoir que l’on est victime d’un manque de concentration.

Quelles sont les origines du manque de concentration ?

Le manque de concentration peut être le fruit de plusieurs éléments. La fatigue et le manque de sommeil en sont les premiers. En effet, ceux-ci empêchent le cerveau de fonctionner correctement, et mènent inévitablement à la diminution de l’attention. La pression, l’addiction à l’alcool ou à la drogue, la dépression, le stress, l’empoisonnement, l’alimentation déséquilibrée, l’abus des nouvelles technologies, les problèmes familiaux figurent aussi dans la liste. À noter qu’il existe une maladie chronique que l’on appelle TDAH (Trouble du Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité), se manifestant par la perte de concentration. 6 % à 8 % de la population sont atteintes par ce symptôme. Il est héréditaire.

Quelle que soit la cause du manque de concentration chez un élève, cela entraîne toujours un mauvais résultat sur sa scolarité. Fort heureusement, des solutions existent pour remédier ou diminuer l’ampleur de ce problème.

Avoir une bonne hygiène de vie, une étape importante

Pour échapper au manque de concentration, il est primordial de suivre une saine habitude de vie. Cela inclut une alimentation équilibrée, une pratique régulière d’activité physique et un sommeil réparateur. Pour une réussite éducative, des repas variés et fournissant un apport calorifique suffisant sont essentiels. On n’oublie pas les nourritures qui rendent le cerveau au top : les légumineuses, la banane, les poissons gras, les fruits rouges, l’avocat, les œufs et le foie. Il ne faut jamais sauter les repas, surtout ceux du matin. Pour une bonne condition physique, on se dépense à la natation, à la marche ou au jogging. Des exercices de yoga peuvent aussi s’avérer efficaces. Faute de temps, on peut tout simplement faire de petites activités qui favorisent le mouvement. Prendre les escaliers au lieu de l’ascenseur, faire le ménage et réaliser de petits travaux de bricolage en sont des exemples.

Enfin, l’étudiant doit bien dormir la nuit. Cela fait partie des points de départ d’une meilleure concentration. En effet, le lien entre les deux est bien plus fort que ce que l’on pense. Pour que les capacités intellectuelles et psychologiques puissent fonctionner correctement, le cerveau a besoin de se reposer. C’est pour cette raison que l’on constate une baisse de concentration, d’attention et de performance chez les étudiants ayant passé une nuit blanche. Se fixer des routines de sommeil d’au moins 9 heures au minimum est donc une très bonne initiative tout cela vous permettra de devenir le premier de sa classe .

Éviter les distractions

Concentration - image

Des éléments susceptibles d’empêcher de se concentrer au cours ? On les élimine. Le téléphone portable est notamment pointé du doigt. Il est vrai que ces outils rendent service dans le cadre des études, mais leur présence seule suffit à perturber l’attention d’un élève.

Une bouteille d’eau ou un autre objet peut également constituer un élément perturbateur.Par conséquent, on s’en débarrasse. Si l’on s’assoit à côté de l’un de ses amis, on aura peut-être tendance à bavarder pendant les cours. De ce fait, si cela est possible, il faut en parler au professeur, et lui demander à changer de place.

Se focaliser sur le moment présent

Quand l’esprit vagabonde, on perd graduellement son attention. De ce fait, pendant les explications d’un enseignant, il ne faut jamais que les problèmes personnels ou familiaux ou même ce que l’on va faire pendant les vacances perturbent la concentration. Les pensées parasites ne doivent pas envahir le cerveau. Si l’on ressent en classe que l’on est en train de perdre son attention, on prend une grande respiration et on essaie de se reconcentrer.

Ajouté à cela, on peut faire des exercices pour améliorer la concentration chez soi. Certains le font par exemple, en se concentrant pendant un temps long ou court sur une activité bien déterminée. D’autres se lancent dans les jeux de mémoire. À part cela, il faut apprendre à apprécier et à s’intéresser aux cours donnés en classe. On voue très facilement une très grande attention à des choses dont on est passionné. Chez soi, au moment de faire des devoirs ou une révision, il faut privilégier un bon cadre, favorable à l’étude, c’est-à-dire un endroit calme avec une lumière douce.

Consulter un médecin

Si malgré toutes les précautions qu’on a prises, on ne parvient toujours pas à se concentrer, il peut être nécessaire de consulter un professionnel. Effectivement, cela pourrait être le signe d’un TDAH. Un expert ayant acquis des compétences dans la prise en charge de ce trouble indiquera un traitement adapté à l’élève. Il tentera de mettre en place un accompagnement personnalisé pour limiter les conséquences engendrées par cette maladie.