Etudiants

Guide pratique pour devenir étudiant entrepreneur

Plus besoin de chercher un CDI à la fin de ses études ! L’étudiant peut tout à fait créer sa propre entreprise. Malgré le manque d’expérience, les universitaires ont cependant de grandes idées. Autrement, peu d’entre eux hésitent encore à passer à l’action. S’il est difficile de créer une société, cela ne signifie pas pour autant que c’est impossible. D’autant plus qu’ils peuvent profiter de nombreuses structures d’aides dédiées aux étudiants entrepreneurs.

Démarrage d’un projet pendant les études

La création d’entreprise est une initiative permettant à un étudiant de ne plus chercher un emploi, mais surtout de pratiquer directement ce dont il a appris pendant ses années d’études : gestion, commerce, marketing, management… Quelle que soit son idée, il devrait cependant être épaulé par un réseau, mais aussi démarrer par un projet. Il faut alors réaliser cette démarche le plus tôt possible pendant le parcours.

Au plus tard, il faudrait le faire lors de la dernière année. Le lancement du projet ne doit pas attendre la fin des études puisque les aides financières et les organismes d’appui seront uniquement à sa disposition à ce moment. Une fois qu’on quitte l’université, les financements sont en effet moins évidents. Par ailleurs, le manque d’expérience ne doit pas être un frein.

Atouts du statut d’étudiant entrepreneur

Il faut du sérieux dans la préparation du projet d’entreprise. Malgré le jeune âge et la faible expérience professionnelle de l’étudiant, la crédibilité est un manque à combler aux yeux des investisseurs, des concurrents et des banquiers. Dans ce cas, il est nécessaire d’épater ses interlocuteurs en démontrant son professionnalisme, sa volonté, son énergie, sa nouvelle vision ainsi que ses idées. Autant dire que ce sont les meilleurs atouts lorsqu’on crée une société en étant étudiant.

Lorsque les fournisseurs ou partenaires financiers évaluent la faisabilité d’un projet, ils prennent également en compte la viabilité de l’entreprise ainsi que le potentiel économique et la personnalité portant le projet. Il est donc primordial de disposer de tous les atouts que pourrait posséder une startup. Autrement, il faut de même faire ressentir le dynamisme dans son projet d’entreprise.

Validation d’un business plan

Il est important de définir une idée de départ. Elle doit être la meilleure qui soit. C’est en déterminant celle-ci que l’étudiant pourra estimer le chiffre d’affaires pour le lancement de la boîte. Évidemment, il faut bien connaitre l’offre et la demande du marché dont il est question. Autrement, il est important d’avoir des idées bien ordonnées. Se poser les bonnes questions à chaque étape est primordial avant d’entamer la rédaction du business plan.

Il s’agit d’un document qui sera utile au moment de la présentation du projet devant les interlocuteurs, notamment les banquiers, les conseillers, les investisseurs, les experts comptables, etc. S’il n’a pas d’idées précises d’activité à lancer, l’étudiant pourra toujours s’orienter vers des sites pour effectuer des recherches approfondies sur son projet d’entreprise. Il est tout à fait possible de reprendre une société qui existe déjà.

S’entourer d’un bon réseau

La collecte de conseils, les rencontres avec d’autres jeunes entrepreneurs et les échanges autour du projet sont des initiatives à prendre. Les réseaux des jeunes entrepreneurs permettront de bénéficier d’une aide précieuse dans certaines démarches, comme la création du business Plan, l’entretien avec les investisseurs ou les futurs clients. Ils seront également utiles pour se faire parrainer par des personnes ou des enseignes de renom, attestant le sérieux du projet sur le marché.

Pour construire son réseau, un étudiant devrait solliciter l’appui de ses professeurs. Il devrait donc leur parler de son projet en présence des anciens responsables de stage. Il y a par ailleurs des sites spécialisés comme le réseau des jeunes entrepreneurs ou encore celui de Retis. Il existe de même des rencontres dédiées aux étudiants entrepreneurs comme le Petit Poucet.

Il est tout à fait possible de consulter les réseaux traditionnels existants : chambres de commerce et d’industrie, chambres des métiers et de l’artisanat, salons professionnels spécialisés ou généralistes… Il est nécessaire de bien s’entourer et de profiter de toutes les occasions qui peuvent se présenter pour développer son réseau. En effet, il faut tenter sa chance, quel que soit le projet à réaliser. Une fois l’appui de la structure d’aide à la création et le financement obtenu, il faudra choisir un statut.

Statuts juridiques et administratifs

L’administratif est souvent un frein pour les créateurs d’entreprise. En effet, ce plan représente parfois une contrainte tout comme l’aspect juridique et comptable. Cependant, toutes les obligations auxquelles une nouvelle entreprise pourrait être confrontée sont des facteurs clés. Elles permettent de mieux vivre les premiers mois d’activité tout en donnant un maximum de chances de réussite à moyen terme. Deux options sont disponibles pour un étudiant entrepreneur.

D’abord, il y a les statuts classiques (SARL, SAS…) qui permettent de créer une entreprise en étant plusieurs. Ceux-ci s’accompagnent d’une logique à long terme. Par ailleurs, on parle de la forme la plus complexe en termes d’enseigne. Quoi qu’il en soit, il s’agit plutôt de la plus rassurante pour tous : clients, partenaires, investisseurs, etc.

Sinon, il est aussi possible de suivre le régime de l’auto-entrepreneuriat. Il offre la possibilité de créer une entreprise en quelques clics, depuis chez soi et sans se déplacer. Il s’agit d’un statut vraiment simple qui demande toutefois d’être seul dans l’aventure. L’autre contrainte de ce statut réside également dans la limitation du chiffre d’affaires, un point bloquant après quelques années d’activité.

Le statut associatif régi par la loi 1901 est consacré à ceux qui disposent d’un projet à objectif lucratif. Cette législation leur permet en effet de créer une association. Dans ce cas, il suffit d’être au minimum deux personnes et ne pas avoir comme but de s’enrichir. En sachant ces grandes lignes, un étudiant pourra facilement entamer le démarrage de son projet.

Enfin, un étudiant qui compte devenir entrepreneur ne devrait pas rester isolé afin de se donner les meilleures chances de succès. Plusieurs organismes sont disposés à l’accueillir et beaucoup d’établissements de formation sont déjà sensibilisés à l’aide des étudiants souhaitant créer leur propre société.