Etudiants

Les questions à se poser avant un job étudiant

Le job étudiant se présente comme une nécessité pour certains, alors qu’il s’agit plutôt d’un choix pour d’autres. Concernant ce type d’expérience, on distingue par ailleurs des avantages sur plusieurs aspects, notamment sur le plan scolaire, social et financier. Non seulement il contribue un apport budgétaire tout en améliorant la compétence des élèves, mais il leur permet aussi de disposer d’un contact professionnel.

Quoi qu’il en soit, se lancer sur cette voie nécessite la validation de plusieurs points. En d’autres termes, les jeunes devront se poser quelques questions en rapport à l’activité à laquelle ils souhaitent consacrer une partie de leur temps. Il est en effet utile de prendre en compte certaines perspectives de ce mode de vie conciliant le travail et la scolarité. Que faut-il savoir lorsqu’on étudie tout en occupant une activité professionnelle ?

Qu’en dit la loi ?

Il n’y a pas de législation spécifique à cet effet. Mais il est cependant utile de connaitre ses droits ou ses devoirs sur le plan professionnel. D’abord, il faut noter que chaque emploi requiert un contrat de travail. D’ailleurs, il s’agit d’un aspect obligatoire nécessitant la signature des deux parties, à savoir le salarié et le recruteur. Cette clause entre l’étudiant et tel ou tel établissement doit être conclue et parafée le premier jour. Quant à l’employé, il pourra faire une déclaration annuelle de ses revenus au mois de mai. Parce qu’ils sont le plus souvent faibles, ils ne sont pas imposables. D’autant plus qu’il aura encore la possibilité de bénéficier d’une prime s’il réunit toutes les conditions préalables. Le Pôle Emploi peut très bien l’informer à ce sujet. Par ailleurs, le règlement de la cotisation de la Sécurité sociale auprès de l’université ne sera pas obligatoire si l’étudiant travaille plus de 60 heures par mois.

Quel salaire faut-il espérer ?

Faute de qualifications et d’expériences, les élèves ne gagnent en général que le SMIC horaire qui correspond actuellement à un coût moyen de 10 à 12 euros, ce qui fait un total mensuel compris entre 1500 à 1700 euros pour 35 heures de travail par semaine. Si on travaille le dimanche, il est possible de percevoir un double de la paie. Quant aux heures nocturnes, elles sont mieux rémunérées par rapport à celles de jour. Pour ne pas se leurrer ou faire des sacrifices en vain, il est important de consulter au préalable son contrat de travail, qui stipule tous les détails sur ce plan, notamment les horaires et leurs indemnités respectives. Voilà une raison bien valable de prendre le temps et d’accorder une attention particulière à la lecture d’une clause. Le mieux serait de le faire en présence de quelqu’un de qualifié pour éviter les mauvaises surprises.

Quels sont les pièges à éviter ?

En conciliant sa vie personnelle et ses études à une activité professionnelle, l’étudiant pourrait être confronté à des soucis. Comme il gagne de l’argent, il pourrait probablement délaisser les bancs de son université ou rater certaines séances importantes. Ce dont il faut garder en mémoire à ce moment, c’est que le job n’est qu’un complément. Ce n’est en aucun cas la solution d’avenir, d’autant plus qu’il faut viser plus loin. D’un autre point de vue, il arrive que les employeurs profitent de la situation d’un étudiant désireux de travailler en lui prescrivant des heures supplémentaires inapparentes dans le bulletin de paie. Pour éviter les surprises, il faut toujours bien lire son contrat avec son employeur et un proche.

Combien d’heures par semaine travailler ?

C’est un détail à ne pas négliger avant de se lancer dans son premier job étudiant. C’est une question importante qu’il faut en effet considérer. Les heures de boulot ne doivent pas du tout prendre le dessus sur celles de son cursus universitaire. Pour éviter cela, il est primordial d’évaluer le temps disponible. On devra par exemple compter entre 7 h et 15 h pour les activités professionnelles chaque semaine. Pour ceux qui veulent gagner plus, ils peuvent le faire pendant les vacances scolaires. Si c’est le cas, l’étudiant arrivera à remplir un contrat de 35 heures sans difficulté. De plus, ce type d’expérience est une bonne solution pour mieux se concentrer sur les études.

Quels sont les avantages d’un job étudiant ?

L’argent est sans doute le premier atout puisqu’il constitue un moyen efficace pour devenir indépendant financièrement. Pour ceux qui ne sont pas dans une situation de précarité par ailleurs, il s’agit d’une alternative intéressante capable de faire la différence. Le job étudiant permet d’avoir un peu d’économie de côté et donc de tranquilliser son esprit. D’autre part, concilier le travail et l’étude peut se traduire comme une solution pour améliorer ses résultats scolaires et avoir une sécurité financière. L’anxiété et le stress provoqués par les soucis d’argent perturberont certainement ses séances.

Pour remédier au manque d’expérience lorsqu’on termine l’université, il faut avoir recours à une besogne, voilà une chance pour beaucoup d’élèves d’inscrire déjà sur leur Curriculum Vitae une première qualification, même si celle-ci n’a aucun rapport avec la carrière prévue. Cette mention pourrait certainement suffire à un employeur pour les embaucher. Cela valorise en effet un étudiant sortant devant un recruteur. C’est une preuve irréfutable qu’on dispose un minimum de connaissance sur le fonctionnement d’une entreprise et qu’on peut facilement s’adapter à un environnement professionnel.

Enfin, l’avantage majeur est de pouvoir créer un réseau et construire des relations dans ce nouveau domaine. Étant serveur, barmaid, baby-sitter, animateur, distributeur de prospectus, surveillant, hôte ou réceptionniste, on ne sait jamais sur qui on pourrait tomber. Les tâches quotidiennes se traduisent pour certains stagiaires comme étant des contacts importants pour l’avenir. Bien qu’il faut rester professionnel et concentré, cela n’empêche pas d’être ouvert et attentif. S’il s’agit d’une personne qui exerce dans un domaine convoité, rien ne lui interdit d’engager une petite conversation afin de mieux se connaitre.

Le statut d’étudiant salarié procure évidemment des bénéfices à ne pas négliger. Quoi qu’il en soit, cela ne veut pas pour autant dire qu’on peut sacrifier toutes ses heures de travail dirigé pour un emploi. La gestion du temps est importante pour ne pas se perdre dans ses études, la règle d’or étant de ne jamais délaisser l’université pour un job.