Lycée

Lycée : comment réussir sa rentrée en seconde ?

rentrée en seconde - lycée

Adieu le collège, bonjour le lycée ! L’entrée en classe de seconde représente une toute nouvelle expérience pour la plupart des anciens collégiens. Nouveaux bâtiments, nouveaux amis, nouvelles méthodes de travail…ce sont autant de changements assez déstabilisants mais auxquels ils pourront faire face s’ils adoptent une nouvelle attitude. Pour s’adapter rapidement à ce nouvel environnement et réussir sa rentrée en seconde, ces quelques conseils pourraient être utiles.

La rentrée en seconde : La phase d’intégration

Dans la plupart des cas, le passage de la 3e à la seconde signifie changement d’établissement. Pour certains élèves, cela peut être une source d’angoisse. Pour sortir de cette sensation d’anxiété, il faut juste se dire que c’est une nouvelle expérience qui offre un environnement plus constructif, une occasion de développer davantage sa capacité d’adaptation. Cette façon de penser sera d’ailleurs très utile pendant ses études supérieures, voire dans sa carrière professionnelle. En profitant de ce nouveau départ, l’élève pourra se sentir encore plus épanoui qu’à l’époque du collège. Pour cela, il ne doit pas hésiter à discuter avec son voisin de classe. Bref, se faire des amis.

Oui, c’est facile à dire qu’à faire surtout lorsqu’on est un peu timide, mais en commençant par évoquer des sujets banals comme l’emploi du temps, la tête des profs, l’environnement du lycée…le courant devrait passer. D’ailleurs, heureusement qu’il y a les réseaux sociaux, ils permettent à chaque élève de nouer un premier contact avec les autres de manière moins intimidante. L’observation des habitudes des lycéens constitue également de riches sources d’information pour débuter une relation amicale. Le fait est que les élèves du lycée ont leurs propres codes, leur propre langage. Tout en restant soi-même, connaître ces détails permet de se sociabiliser plus rapidement.

Apprendre à travailler comme un grand

Dès son entrée en seconde, l’élève va s’apercevoir tout de suite que le lycée fonctionne différemment et que dans ce type d’établissement scolaire l’autonomie commence à devenir la règle. Cette autonomie nécessite pourtant une grande rigueur car l’encadrement sera moindre que dans un collège. C’est évident, en tant que lycéen, chaque élève doit apprendre à se comporter comme un futur universitaire, à étudier seul et de manière organisée. Il s’agit, de ce fait, de se mettre au travail rapidement, même si c’est parfois assez mal vu par ses camarades. En plus, au lycée, les profs privilégient souvent l’oral, ce qui nécessite une bonne méthode de travail surtout pendant les prises de notes. C’est une véritable gymnastique intellectuelle à laquelle il faut s’habituer. Pour s’y adapter, il suffit d’écrire vite et bien, d’utiliser des abréviations, de filtrer les bonnes informations et de faciliter la mémorisation en utilisant les bons supports et en schématisant les «idées-systèmes».

Aussi, pendants les cours, au lieu d’ingurgiter passivement les connaissances, il faut être vigilant(e) et écouter attentivement chaque mot qui sort de la bouche des profs. Déjà parce qu’ils vont plus vite sur les chapitres, il faut être réactif(ve) et participer à chaque débat en apportant sa réflexion tout en évitant de faire l’intéressant(e). En adoptant cette technique, l’élève aura plus de chance d’engranger un maximum d’informations à la sortie du cours, de quoi faciliter ses révisions. Et comme évoqué précédemment, la grande différence entre collège et lycée, c’est l’autonomie. Il est donc plus qu’impératif que l’élève maîtrise son emploi du temps. D’ailleurs, étant donné que profs vérifient rarement si les élèves ont fait correctement leurs devoirs, le piège consiste pour ces derniers à toujours reporter les échéances. Résultat : le travail s’accumule et au moment où ils décident enfin de prendre les choses en main, c’est déjà trop tard ! Pour éviter ce désastre, il faut apprendre ses cours au jour le jour et traiter en parallèle les exercices correspondants.

Décider de son orientation le plus tôt possible, mais de manière sûre

Chaque année, des milliers de lycéens se trompent de Série en France. Pourtant, cette erreur de parcours pourrait perturber leur performance scolaire, sans parler des éventuels mauvais impacts sur leur avenir professionnel. D’où, dès le 1er trimestre de l’année scolaire, il est important de s’informer auprès des profs, du conseiller d’orientation ou pourquoi pas auprès des élèves des classes supérieures. Le but est de se renseigner sur les différentes matières enseignées en classe de 1ère et en Terminale. C’est l’un des meilleurs moyens de faire un bon choix de Série car grâce aux informations recueillies, l’élève pourra prendre une décision ferme en fonction de ses compétences, c’est-à-dire les matières dans lesquelles il excelle et celles dans lesquelles il présente certaines difficultés.

En tout cas, dès la classe de seconde chaque élève va être confronté à la question de l’orientation. Au moins à ce moment là, il aura les idées plus claires quant à son choix de spécialités de la voie générale ou sa série technologique en fin d’année. C’est une nouveauté introduite par la dernière réforme établie pour ce type d’établissement d’enseignement secondaire. En parallèle, le professeur principal sera chargé d’accompagner les élèves tout au long de l’année pour qu’ils puissent affiner leur choix d’orientation. L’objectif est de faire en sorte que chacun puisse trouver sa voie en fonctionne de ses points forts et ses points faibles, une étape importante pour bien préparer leur entrée à l’Université.

Derniers conseils

La longueur et le nombre des lectures analytiques à faire au lycée pourraient prendre les élèves au dépourvu. C’est là qu’ils ont parfois tendance à paniquer car les textes utilisés sont plus longs et les exercices plus difficiles. Mais cela ne représente en aucun cas un obstacle, pour réussir ses études, il suffit juste de faire preuve d’un peu plus de concentration d’autant que ces leçons aboutiront forcément à des contrôles. Autrement dit, il faut toujours être prêt en appliquant la stratégie «du jour le jour» évoquée plus haut. Étant donné que les sujets des évaluations donnés aux lycées sont différents de ceux rencontrés dans les collèges, leur traitement demande plus de réflexion. La bonne réponse se trouve souvent dans les leçons apprises ainsi que dans les quelques livres lus par l’élève.

Certes, les questions peuvent être plus complexes, mais en faisant appel à sa culture générale et ses acquis pendant les cours, il est tout à fait possible d’avoir de bonnes notes en conciliant le qualitatif du quantitatif. L’élève a donc plus d’intérêt à axer sa réponse sur le raisonnement plutôt que sur la connaissance en soi. Oui, au lycée on ne demande plus de réciter, mais plutôt d’utiliser.