prime etudiant
Emploi

Comment réussir sans diplôme

réussir sans diplôme - image

Pourquoi est-il possible de réussir sans diplôme ?

Alors qu’il est clairement démontré que le diplôme permet d’avoir plus de chances d’échapper au chômage, des études ont montré que deux patrons sur trois sont actuellement des autodidactes. On les rencontre généralement dans les secteurs de la logistique et du commerce, l’hôtellerie-restauration, et notamment dans le web. C’est une preuve incontournable qu’il est bel et bien possible de réussir sans diplôme. Pour autant, ce n’est pas tout le monde qui peut réussir sans diplôme. Ce genre de personne détient des qualités spécifiques. Elle est plus curieuse, intuitive, plus entreprenante, opiniâtre et pragmatique.

Selon de nombreux autodidactes, l’école de la vie peut apprendre plus que n’importe quelle université. Ce n’est pas forcément l’examen qui décide des capacités de réflexion d’un individu ni de son degré de professionnalisme. En outre, il n’est pas nécessaire de détenir un diplôme pour devenir entrepreneur. Il est tout à fait possible de créer sa propre entreprise et de la développer sans être diplômé. Il faudra dans ce cas entrer jeune dans une société et donc commencer au bas de l’échelle pour apprendre sur le tas. La VAE ou la validation des acquis de l’expérience devient pour les personnes un véritable ascenseur promotionnel.

Conseils pour réussir votre carrière sans diplôme

Conseils pour réussir votre carrière sans diplôme - image

Avoir une forte motivation

Il est tout à fait possible de faire carrière dans de nombreux secteurs d’activité économiques sans avoir le moindre diplôme. Il reste cependant nécessaire de posséder quelques qualités pour mettre toutes les chances de son côté. À n’en pas douter, cela commence par la motivation. C’est la qualité primordiale qui permet d’aller au bout de ses rêves. De plus, en étant motivé, surmonter les problèmes et les différents obstacles qui ne sont pas rares dans une telle situation ne sera pas difficile. Qui dit être motivé dit avoir un moral de battant. On résiste à toute épreuve, et notamment à l’échec.

Être autodidacte

Loin du cliché habituel, un individu autodidacte n’est pas un ignorant. Certes, son cursus scolaire est limité, mais l’expérience joue beaucoup dans ses compétences. Il peut aussi s’inscrire à l’une des nombreuses formations professionnelles existantes. L’autodidacte est l’un des chemins menant vers la réussite. La passion et la motivation personnelle sont des caractères innés poussant vers le succès. Le système éducatif ne s’harmonise pas avec tout le monde. Certains profils sont plus à l’aise en choisissant leur propre manière de faire. Il faut juste avoir une énorme source d’imagination, de la créativité, de l’autodiscipline, une confiance en soi et une méthode convenable pour réussir sans diplôme en étant autodidacte.

Développer une expertise

Dans le monde professionnel, certains domaines requièrent plus de savoir-faire et de savoir-être que de diplôme. De ce fait, il est toujours utile d’acquérir de nouvelles connaissances ou de perfectionner les compétences qu’on a déjà en soi pour multiplier les champs d’opportunité. Nul besoin de s’asseoir sur les chaises de l’université pour étendre l’expertise. Cela peut s’acquérir lors des salons ou des forums professionnels, des coachings, des conférences, des travaux de groupe, des échanges de bonnes pratiques ou d’une formation à distance. Il s’agit de savoir s’améliorer dans plusieurs domaines : le management, la maîtrise d’une langue, la gestion de stress, le secteur technique, la certification à une norme de qualité…

Faire un investissement

Effectuer un placement dépend du montant du capital qu’une personne possède. En ce moment, il existe une économie de marché à laquelle tout particulier peut accéder pour en recevoir une sorte de rémunération sous forme de dividende ou d’intérêt. Pour mener à bien l’investissement, il faut commencer par se fixer un objectif qui nécessite une certaine somme d’argent. Faire un état des lieux et du budget et l’évaluer sont conseillés en faisant un bilan de patrimoine. La suite consiste à optimiser son bien et s’assurer de ne pas être objet de quelconques dettes. La dernière étape est de choisir un investissement durable qui peut rapporter.

Cultiver votre réseau

Cultiver le réseau est synonyme de multiplier les opportunités professionnelles. Ce point est essentiel vu le durcissement du marché de l’emploi, et parce qu’il est possible qu’il y ait un poste vacant proposé par un bon contact. Pour cela, il existe les réseaux sociaux, qu’ils soient à caractère professionnel ou personnel : Viadeo, Linkedin, Facebook… C’est un moyen simple d’entrer directement en contact avec une personne qu’on ne peut pas approcher en temps normal. Il est utile d’identifier des cibles et de savoir communiquer de manière positive. L’étape suivante consiste à actualiser le profil en ligne pour qu’il soit plus accrocheur. La dernière phase est de filtrer les différents amis sur le réseau sélectionner pour se donner une image plus sérieuse.

Où travailler sans diplôme ?

 

Secteur de l’entretien et des services aux personnes

Secteur de l'entretien et des services aux personnes - imageLe domaine est encore en pleine croissance actuellement, et il existe des formations propres à ce secteur pour valoriser et perfectionner les compétences des intéressés. Cette discipline regroupe le métier d’aide-ménagère, de garde d’enfant, d’assistance à domicile de personnes âgées, de maintenance et d’entretien.

Même si le secteur ne requiert pas de diplôme, il exige tout de même des qualifications selon le domaine, ou une expérience probante. Il y a le CAP petite enfance, la maîtrise de langue pour certains, l’assistant de vie aux familles… Les conditions sont l’honnêteté, la ponctualité et une bonne condition physique.

Secteur du transport et de la logistique

Secteur du transport et de la logistique - image

Ce domaine recrute des personnels sans diplôme, vu qu’il a du mal à intéresser des jeunes. Il regroupe les conducteurs de camion ou de bus, les caristes, les déménageurs, les techniciens de transit, les agents de magasinage… Ce sont des métiers où l’apprentissage règne, même en n’ayant pas un niveau scolaire élevé.

Le secteur permet de préparer un CAP ou de s’intégrer dans un Centre de formation d’apprentis. Il s’agit de postes qui permettent une grande liberté, mais aussi un sens de responsabilité. Ce marché est intéressant vu l’élargissement des agglomérations. Le transport de voyageurs est dédié aux hommes comme aux femmes, à condition d’avoir déjà plus de 21 ans, sauf pour la maintenance et la mécanique.

Secteur de l’environnement

Secteur de l’environnement - imageLe domaine environnemental permet aux passionnés de vivre ses convictions personnelles dans la matière. Le taux de recrutement est élevé parce que le secteur est toujours en plein innovation et professionnalisation.

De plus, la stabilité professionnelle est assurée. Il recrute en allant des ouvriers à faible niveau de qualification jusqu’à des professionnels hautement qualifiés dans le domaine. Le secteur n’est pas seulement réservé aux spécialistes de l’environnement, il embauche aussi des techniciens, des informaticiens et des experts en technologie, comme le monde actuel l’exige.Les métiers touchent plusieurs catégories : le nettoyage, le jardinage, la vente (pour les produits bios). Certains diplômes et qualifications sont nécessaires pour d’autres.

Secteur de la construction et de l’industrie

Secteur de la construction et de l’industrie - imageCe domaine embauche des hommes et des femmes en ce moment, parce que l’industrie de la construction est en pleine croissance. Un bassin de main-d’œuvre a été ouvert pour aider les chercheurs de travail d’un côté, et les recruteurs d’un autre. Pour intégrer ce bassin, tout intéressé doit préciser le métier qui lui convient dans sa région et préparer à l’avance son dossier.En effet, la discipline concerne tout ce qui est métier de construction : carreleur, couvreur, électricien, chaudronnier, arpenteur, briqueteur, charpentier menuisier, maçon, boutefeu, cimentier…

Les diplômes ne sont pas exigés, mais il est nécessaire d’acquérir au moins l’un des trois certificats de compétence. Cela se fait, soit par formation, soit en étant dans l’un des bassins ouverts de main-d’œuvre.

Secteur de la sécurité

Secteur de la sécurité - imageAgent de sécurité ou agent de prévention, le métier n’exige pas une haute qualification ou des diplômes. Par contre, il est nécessaire d’avoir du CQP APS pour pouvoir y exercer. Pour pouvoir s’y inscrire, il faut avoir un casier judiciaire vierge parce que la personne est censée protéger une autre, des marchandises ou des locaux. Il faut effectuer une demande auprès du service de police. Une bonne condition physique est d’ailleurs exigée.La formation dure 140 ou 182 heures.

Après la formation, le concerné aura une carte professionnelle d’agent de sécurité. Si possible, ajouter une spécialisation SSIAP 1 est toujours intéressant pour les recruteurs.

Secteur de la vente

Secteur de la vente - imageDevenir commercial et réussir sans diplôme est possible. Certaines qualités sont primordiales et plus indispensables qu’un BTS en commerce, un DTS, une Licence ou Master. Plus encore, l’expérience dans le domaine est plus intéressante pour les recruteurs. De plus, cela dépend du secteur d’activité, de la cible ou du type de produit et de service à vendre.

À part l’apparence physique du futur commercial, les plus importants critères sont sa motivation, sa capacité à convaincre, son bon sens relationnel, sa facilité de communication et son tempérament. On peut réussir sans diplôme, mais il est toujours souhaitable de faire des stages, même sans formation, parce que c’est l’expérience qui prime dans ce domaine.

Avantages de travailler sans diplômes

Il est d’abord nécessaire de préciser qu’un travailleur sans diplôme ne veut pas dire un travailleur incompétent. Il n’a peut-être pas été à l’aise sur la chaise d’une école, mais peut-être qu’il est le plus apprécié dans le monde professionnel. Il est aussi possible qu’il s’épanouit largement dans ce qu’il fait. Les travailleurs sans diplôme sont, la plupart du temps, leur propre patron. Ils créent souvent leur propre entreprise, même si cette dernière commence dans des conditions médiocres. De plus, ils n’ont personne sur le dos pour leur dire tout ce qu’il faut faire, d’où l’absence de pression.

En outre, travailler sans diplôme revient à dire que la personne est libre de faire ce qui lui passionne comme métier. Elle peut avoir une large ouverture d’esprit parce que c’est la curiosité et la motivation qui lui poussent à effectuer une chose, et non pas la nécessité. De plus, elle peut se servir d’un manuel ou suivre une formation précise si elle veut s’améliorer dans son domaine. Les critères qui font démarquer un salarié sans diplôme sont son savoir-être et son expertise pour un métier. Dernièrement, ce genre de personne a une capacité créative assez haute, et surtout de la persévérance.