Etudiants

Réussir un examen oral : tous les conseils pour s’y prendre

La grande majorité des étudiants redoutent les examens oraux. En effet, ce genre d’évaluation est très différent de l’écrit. Or, pour obtenir un diplôme, il reste incontournable. Besoin d’aide pour se sentir plus confiant, impressionner le jury et réussir cette épreuve ? Les quelques paragraphes qui suivent livrent de précieux conseils infaillibles.

Se préparer psychologiquement pour réussir un examen oral

Pour être dans un meilleur état d’esprit lors d’un examen oral, il est important de s’y préparer psychologiquement. Pour ce faire, il faut consacrer du temps pour se connaître soi-même, identifier ses points forts et ses points faibles. Et pourquoi ne pas rencontrer des élèves qui ont réussi avec succès cette évaluation orale ? Le soutien d’autres personnes est toujours positif. Apprendre à se concentrer est une autre préparation psychologique. Il permettra à l’élève d’avoir rapidement accès aux ressources de sa mémoire. Des recherches ont aussi permis de révéler que ceux qui visualisent leurs réussites ont plus de chance de passer leurs examens. En réalité, cela entraîne une forte motivation inconsciente, très nécessaire au cerveau. Il est donc recommandé à l’étudiant de se mettre sur cette pratique tous les jours.

L’importance de la présentation physique

Cela va sans dire, pour un oral d’examen, une tenue correcte est exigée. Que penserait par exemple un jury si un candidat se présentait en jeans et en tee-shirt provocateurs? Il ne sera probablement pas pris au sérieux. En général, le style vestimentaire doit s’adapter à celui du jury ou du professeur. Un beau tailleur donnera encore plus d’importance au candidat. Dans tous les cas, il faut miser sur la sobriété. Les couleurs vives sont à bannir. La propreté n’est pas à négliger. Pour la coiffure, relever ses cheveux en chignon est l’idéal pour une fille. Il est important de bien laisser voir le visage et de le mettre en valeur. Le maquillage ne doit pas être exagéré.  Il faut éviter de mettre trop de noir sous les yeux. Un parfum trop sensuel est également à bannir.

Il ne faut pas oublier de sourire et regarder l’interlocuteur dans les yeux. C’est une façon d’établir un vrai contact. Les marques de la nervosité sont à exclure. Le candidat ne se rongera donc pas les ongles ni jouera avec son stylo pendant l’épreuve. Il doit faire parler tout son corps. Une posture bien droite, sans être tendue est à adopter.  La qualité de l’expression a aussi toute son importance. C’est pour cette raison qu’il faut travailler la diction, ne serait-ce que pour 5 minutes par jour. Les exercices d’articulation et la lecture seront l’allié du candidat. Une voix d’une bonne intensité est toujours appréciée par les jurys. Le jour J, il n’est pas obligé de serrer la main des évaluateurs. Un « Bonjour » franc fera l’affaire.

Apprendre à gérer son stress

La gestion du stress constitue un véritable programme que l’on ne doit pas prendre à la légère. En effet, il est nécessaire de bien se conditionner avant l’épreuve. Pour y parvenir, il est important d’avoir une vie équilibrée. Cela implique d’avoir un sommeil de qualité, une alimentation saine, des activités physiques régulières et de bons moments de détente. Outre cela, il faut chasser les idées négatives, comme « Je ne réussirai jamais » et les remplacer par d’autres pensées positives. Et pourquoi pas par « Je vais réussir ! » ? Il s’agit donc de construire une mentalité de gagnant.

La technique de la visualisation peut aussi aider le candidat. C’est un exercice utilisé aussi bien par les étudiants que par les sportifs de renom pour affronter une situation stressante. Le principe est simple. On ferme les yeux. On se représente en image et on imagine les scènes qui vont se passer pendant l’examen oral. La représentation doit être à la fois plausible et réaliste. Certains étudiants qui pratiquent cette technique se rendent même au préalable dans le local où se déroulera l’examen. Là, ils s’habituent au contexte. Au moment de la vraie évaluation orale, le cerveau sera plus disposé à adopter le comportement requis.

La préparation de l’examen proprement dite

L’étape suivante est la préparation de l’évaluation. Elle consiste à faire des recherches, à prendre note, à mieux cerner et comprendre le sujet à présenter. L’organisation de la présentation doit être claire. Cette étape est essentielle pour éviter le manque de connaissance pendant l’examen. S’exercer oralement chez soi, devant un miroir ou devant un membre de sa famille est une excellente idée. La maîtrise du temps est aussi à préparer. Il est important de répartir à l’avance le temps pour les salutations, l’introduction, la présentation du plan, le contenu, et la conclusion. Cela évitera à l’étudiant de dépasser le temps imparti. Pour surveiller ce dernier, celui-ci devrait se munir d’une montre à l’examen. La veille, il est conseillé de pratiquer des exercices de respiration et de relaxation. Et quand le jour J arrive, il n’est plus recommandé de réviser. Cela ne fera qu’embrouiller la mémoire. À l’aube de franchir la salle d’examen, l’étudiant sera tout à fait à l’aise grâce à une bonne préparation.

Quelques erreurs à éviter

Un certain nombre de choses sont absolument à éviter devant l’examinateur. La première est de contredire ce dernier. Pour ne pas perdre des points, il faut juste se contenter de répondre aux questions posées. Une autre erreur très fréquente est de rester muet. Certains candidats préfèrent garder le silence plutôt que d’avancer une mauvaise réponse. L’élève doit garder en tête que le professeur évalue surtout sa capacité à s’exprimer, et non sa réponse parfaite. À défaut d’une réponse, il est possible de dire qu’on ne connaît pas la réponse ou encore reformuler la question si on ne l’a pas bien compris. Qu’en est-il de ceux qui ne font que lire leurs notes ? Aucun examinateur n’apprécie cela. En effet, l’oral n’est nullement pas une séance de lecture. Il s’agit de convaincre le jury, et non de réciter les cours. Le hors-sujet et les phrases qui manquent de préparation sont tous autant d’erreurs courantes.