littérature étrangère - image

Réviser la littérature étrangère pour le BAC L

littérature étrangère - image

La littérature étrangère est une des épreuves importantes des candidats au Bac L. Elle dure deux heures et vaut un coefficient 4. Pour réussir cette épreuve, il aura fallu lire des livres et maîtriser leur compréhension. On peut aussi avoir vu des films ayant un rapport avec les œuvres, à écouter des émissions de radio qui s’y rapportent. L’essentiel est dans la compréhension desdites œuvres.

Cours et annales corrigées en littérature étrangère du Bac L

Il n’est plus à démontrer que pour les candidats en série Littéraire, les langues constituent une partie importante de ses examens. Traditionnellement, l’épreuve de littérature au Bac se compose de deux parties: une de compréhension et une d’expression. La première se base sur deux ou trois documents en langue étrangère. Ces derniers peuvent être soutirés des extraits d’œuvres littéraires ou d’articles de presse. Les textes peuvent renvoyer aux notions du programme sans imposer des compétences approfondies sur les sujets.

La deuxième partie sert à évaluer des compétences spécifiques telles que le fait de savoir décortiquer des faits d’actualité ou des connaissances avec les documents exposés. On peut s’exercer sur ce genre d’épreuve en utilisant les annales corrigées des années précédentes. On peut se faire une idée précise de ce qui attend réellement au Bac et les types de réponses que les correcteurs veulent voir sur les copies d’examens.

Diversifier sa culture générale avec la littérature étrangère

Cours et annales corrigées en littérature étrangère du Bac L - image

Afin de diversifier sa culture générale, rien de tel que la lecture. Ainsi, lire peut être une habitude ancrée dans son quotidien. La lecture risque d’être barbante quand on lit des choses qui n’intéressent pas. Il est possible d’aimer la lecture en se penchant sur des livres qui instruisent et qui intéressent. Enrichir sa culture générale peut aussi passer par l’écriture. Même si elle n’est pas forcément au goût de tous, elle peut être un outil développant de manière considérable son savoir. On peut commencer par écrire tout ce qui passe par la tête. Et pour rendre la tâche plus épanouissante, on essaie d’y apprendre de nouvelles choses. On n’oublie pas non plus les citations, en anglais, par exemple. Pour ce faire, on peut en rechercher sur Internet.

La toile propose des milliers de citations inspirantes. Plus la citation est compliquée, plus elle est intéressante. En effet, elle a un trait personnel, qui touche ou qui correspond à ses pensées et à ses convictions. Chercher à les comprendre et trouver par ses moyens leur signification permet d’en apprendre davantage. On peut aussi recopier es extraits d’articles ou de livres. Bref, tout ce qui touche de près ou de loin aux livres et ce qu’ils contiennent est toujours source de savoir.

Astuces pour soigner sa rédaction

Astuces pour soigner sa rédaction - image

Si on veut mieux écrire, il est recommandé d’écrire régulièrement et le plus souvent possible. Une bonne rédaction ne peut se faire qu’à force de pratiques. En effet, en écrivant, on fait face à toutes les difficultés de la langue et on fait tout pour les surmonter. Quand les travaux d’écriture sont terminés, on les relit à haute voix. De cette manière, on se rend compte rapidement de ce qui ne va pas. Les soucis peuvent être les redondances, l’incohérence, les concordances des temps, les syntaxes, les fautes d’orthographe…

On peut aussi se constituer un mini auditoire qui aide à repérer ce qui peut être amélioré. Qu’est-ce qu’on peut écrire? Des comptes rendus ou des résumés de livres, des films, des histoires vraies ou inventées. Le mieux serait d’écrire ce qu’on aime et ce qui fait plaisir. Avant d’écrire, il faut réfléchir, prendre le temps de réfléchir. Ainsi, on peut se poser des questions sur ce qu’on veut écrire, ce qu’on veut dire, le message qu’on veut faire passer, la manière de le faire passer, l’ordre des idées… On peut aussi représenter son récit sous la forme d’un schéma, avec des flèches et des abréviations. Aussi, il faut aussi savoir au début, le fin mot de l’histoire. On ne doit pas commencer à écrire tant qu’on ne sait comment l’histoire va se terminer, au risque de se perdre en chemin. On peut aussi retourner à la bonne vieille méthode d’écrire un journal, pour y relater tout ce qu’on a fait de la journée, les réflexions dessus et ses appréciations personnelles.