Emploi

Salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC)

SMIC

Qu’est-ce que le SMIC ?

Le salaire minimum interprofessionnel de croissance dit SMIC constitue une référence incontournable en matière de rémunération salariale. Il correspond, plus concrètement, au salaire horaire minimum légal en vigueur en France. Un salarié, peu importe son secteur d’activité, doit obligatoirement percevoir une rémunération égale ou supérieure au SMIC.

En fixant un salaire inférieur au salaire minimum interprofessionnel de croissance, l’employeur est passible d’une amende de 1 500 €. Dans le pire des scénarios, il devra verser des dommages et intérêts au salarié concerné.

À noter que le montant du SMIC peut être brut ou net. Et il est important de bien distinguer ces deux paramètres.

Le SMIC brut par rapport au net

Pour les salariés majeurs, le montant brut du SMIC horaire est fixé à 10,25 € depuis le 1er janvier 2021. Il ressort à 8,11 € après déduction des cotisations salariales (montant net). En ce qui concerne le SMIC mensuel, il s’établit à 1 554,58 € (ou un montant net de 1 231 €), soit l’équivalence d’un SMIC annuel de 18 655 € (ou un montant net 14 767 €).

Le montant du salaire minimum interprofessionnel de croissance net dépend énormément des cotisations afférentes au secteur d’activité de l’entreprise. De ce fait, il n’existe pas de méthode universelle de calcul du montant net du SMIC.

Calculer le montant du SMIC sur la fiche de paie

Calculer le montant du SMICDifférents paramètres sont pris en compte pour calculer le montant du salaire minimum interprofessionnel de croissance sur la fiche de paie. Il s’agit plus précisément du salaire de base, des avantages en nature, des primes de productivité et la compensation pour réduction d’horaire. Le salaire versé mensuellement doit être au moins égal au SMIC.

Certaines sommes ne seront pas prises en compte lors du calcul du montant du SMIC : les remboursements de frais, les majorations pour heures supplémentaires, les primes d’ancienneté ou d’assiduité, les primes de participation et d’intéressement, les primes de vacances (de fin d’année notamment) ainsi que d’autres primes forfaitaires.

Un salarié peut tout à fait comparer son taux horaire avec le salaire minimum interprofessionnel de croissance horaire brut (10,25 €). Il saura ainsi si l’employeur respecte ou non ses obligations en matière de rémunération salariale. Il existe d’ailleurs des outils en ligne permettant de faciliter la comparaison du taux horaire et du SMIC horaire brut.

Qui est concerné par le salaire minimum interprofessionnel de croissance ?

Environ 12 % de la population française est concerné par le SMIC. Il s’agit généralement de salariés à faible revenu exerçant un métier ou une profession réglementée en France. Utilisé comme indicateur, le salaire minimum interprofessionnel de croissance permet de mesurer les dépenses contraintes (des charges récurrentes) qui pèsent sur un ménage.

Le SMIC ne concerne pas uniquement les salariés majeurs. Un employeur peut verser un SMIC minoré à une personne âgée de 18 ans n’ayant pas encore exercé une activité professionnelle, dans son secteur d’activité, pendant 6 mois. Le montant du SMIC brut minoré étant fixé à 9,23 € pour un salarié de 17 ans, contre 8,20 € pour un salarié de 16 ans (ou moins).

Les critères de revalorisation du SMIC

Le SMIC étant indexé sur l’inflation mesurée sur les 20 % des ménages générant de faibles revenus. Il fait l’objet d’une revalorisation chaque année (au 1er janvier). Elle est calculée sur la base de la moitié du gain de pouvoir d’achat du salaire horaire moyen des fonctionnaires et des ouvriers.

Une hausse de l’indice des prix à la consommation entraîne automatiquement une accroissement du montant du SMIC. C’est le scénario le plus probable quand elle surpasse l’indice constaté lors de l’établissement du dernier montant du salaire minimum interprofessionnel de croissance avec une marge de différence d’au moins 2 %. L’augmentation appliquée par le gouvernement sera, bien entendu, proportionnelle aux changements constatés.

Quelle revalorisation du SMIC pour 2021 ?

Au 1er janvier 2021, le montant du SMIC horaire brut a été revalorisé à 10,25 €, contre 10,15 € en 2020 et 10,03 € en 2019. Très concrètement, il a été revalorisé de 0,99 %, après 1,2 % en 2020 et + 1,5 % en 2019.

Le salaire minimum interprofessionnel de croissance augmente chaque année en fonction de l’évolution conjoncturelle et économique en France.

Même les jeunes salariés et les apprentis peuvent bénéficier d’un SMIC minoré. Des déductions sont accordées aux personnes concernées (majeurs et mineurs). Un jeune salarié de 17 ans bénéficie d’un abattement de 20 % (contre 10 % entre 17 et 18 ans).

Un contrat d’apprentissage qui est un contrat de travail permet à un salarié mineur ou majeur de bénéficier d’un SMIC évolutif. Le taux s’établit à 27 % pour les jeunes salariés de 16 à 17 ans lors de la première année. Il s’élèvera ensuite à 39 % la 2e année, puis à 55 % la 3e année.

Un salarié au salaire minimum interprofessionnel de croissance est-il imposable ?

SMIC imposableNormalement, les salaires, les pensions et les traitements perçus au cours d’une année civile sont imposables à l’impôt sur le revenu (IR). Tous les membres du foyer fiscal doivent s’acquitter du versement de cette prestation pécuniaire. Il y a, néanmoins, quelques exceptions qui concernent notamment les salariés touchant une rémunération inférieure au SMIC.

La fiscalité applicable au revenu salarial d’un foyer varie en fonction de sa situation (personnelle et familiale) de chacun. Il existe un plafond de revenu imposable pour les personnes concernées par le salaire minimum interprofessionnel de croissance.
Il est fixé à 10 084 € net, calculés sur les revenus perçus en 2020. Pour un célibataire, il sera imposable à partir de 1,2 SMIC net.

SMIC et prime d’activité

Instaurée au 1er janvier 2016, la prime d’activité remplace la prime pour l’emploi et le RSA activité. Il s’agit d’une prestation sociale accordée à certains ménages remplissant des conditions d’éligibilité très strictes. En fonction de sa branche d’activité, la prime d’activité est versée par la CAF (ou la Caisse d’Allocations familiales) ou par la MSA (ou la Mutualité Sociale Agricole).

Calculée en fonction de la composition et des ressources du foyer fiscal du demandeur, la prime d’activité permet de compléter ses revenus. Elle est accessible à toute personne physique fiscalement domiciliée en France exerçant une activité professionnelle. Le versement de la prime d’activité est programmé au 1er jour du mois au cours duquel la demande a été envoyée.