Etudiants

Tout savoir sur son premier job étudiant

Il est inutile de se projeter dans un envoi sans fin de CV. Le plus important c’est de se poser les bonnes questions. Est-ce qu’on pense réellement faire ce job toute sa vie ? Cette voie est-elle celle qui correspond le plus ? Est-on sûr de soi ? Il est nécessaire de se poser des questions autour de soi pour deviner clairement et précisément si le fait le travailler et d’occuper un poste donné est la meilleure chose qui soit. Une fois ses idées claires et son projet sûr, un étudiant peut dorénavant candidater à un poste ! Voici des étapes clés et des informations utiles à ce sujet.

Créer son CV

Après mûre réflexion, on passe à l’étape du curriculum vitae. Ce document possède des rapports directs avec le poste souhaité. Il est nécessaire qu’il intègre les informations les plus pertinentes et soit capable de transformer ses diplômes en compétences étant donné que ce sera sa première expérience. Les chargés de recrutement et les responsables des ressources humaines au sein des grandes enseignes y sont tous d’accord : « Le curriculum vitae retrace littéralement le parcours de vie d’un étudiant. Le recruteur ne doit pas tout simplement se focaliser sur une succession de diplômes ou d’expériences. Il doit pouvoir identifier clairement les compétences dont il parle. » Cela dit, il serait nécessaire de rappeler que le document en question devrait être précis, synthétique et impeccable côté orthographe.

La meilleure orientation

L’étudiant doit savoir où il sera amené à s’orienter. Ainsi, la question à se poser avant d’expédier son CV, c’est : « Comment bien s’orienter ? » Rechercher un emploi, surtout s’il s’agit du premier, est une démarche assez compliquée lorsqu’on ne sait même pas où il faut chercher. Il faut alors naviguer sur les sites, consulter les offres et scruter les affichages pour faciliter la quête d’un job étudiant. Cela permettra de simplifier la démarche. Effectuer des recherches d’emploi en profondeur est très utile pour trouver directement ce dont on a réellement besoin. Il est tout à fait possible de taper dans un moteur de recherche le type de contrat, le nombre d’heures, la localisation, la fourchette salariale ou autres détails dont on souhaite. Ainsi, on est sûr et certain de tomber sur la bonne adresse.

Les aspirations d’un étudiant pour son premier job

Étant donné qu’il a passé de longues études, l’apprenant devrait certainement être bien informé et sûr au sujet de sa future carrière. Selon un sondage réalisé récemment, un étudiant envisage un bon salaire et espère réussir son évolution professionnelle. Son job étudiant correspond ainsi à un bon encadrement qui lui permettra d’acquérir de l’expérience. Cela devrait notamment lui offrir la possibilité de compléter et d’élargir ses connaissances pour évoluer rapidement. Les souhaits d’un jeune diplômé sont d’être bien rémunéré, mais aussi de mener de front vie privée et professionnelle. Il veut être autonome et aspire à se démarquer, sans à subir un mode de fonctionnement basé sur la hiérarchie.

Activer son réseau pour en trouver un

Un étudiant se leurre complètement en pensant qu’il n’a pas de réseau. En effet, il ne faut pas  oublier sa famille, ses amis, ses voisins, ses parents et ses professeurs. Cela constitue évidemment un réseau. D’ailleurs, on pourrait même être surpris de l’étendue du sien. Ces personnes sont à même de lui communiquer de précieuses informations ou de le mettre directement en relation avec un recruteur. Il ne faut donc pas hésiter à leur parler de la recherche d’emploi. On peut également s’inscrire sur des sites de réseaux sociaux professionnels comme LinkedIn ou Viadeo. Cela donnera des occasions pour dialoguer avec des recruteurs et se renseigner sur les entreprises. Il faut toutefois savoir qu’un réseau se construit lentement, d’où la nécessité de s’y mettre le plus tôt possible et de veiller à l’image dont on renvoie. Il est crucial d’avoir une bonne e-réputation.

Trouver des offres pour son premier job étudiant

Il est tout à fait possible de consulter les sites spécialisés pour les jobs à destination des étudiants : Campus Emploi, Iquesta, Jobétudiant, Job junior, etc. Les plateformes dédiées à l’emploi et celles des agences intérim sont également très intéressantes pour en trouver sur Internet. Il n’est aussi pas rare d’en dénicher au sein de la presse destinée aux jeunes comme Le Figaro Étudiant ou la presse locale, notamment Ouest France, Le Parisien… Autrement, il existe des structures comme le CROUS (Centre Régional des Œuvres Universitaires et Sociales), le CIDJ (centre d’Information et de Documentation Jeunesse), des universités, la PAIO (Permanence d’Accueil, d’Information et d’Orientation)…

Démarcher les entreprises

On parle évidemment du moyen le plus rapide pour trouver un job. On peut en effet appeler directement une entreprise qui lui intéresse afin de connaitre les possibilités de recrutement de saisonniers. Un coup de fil permettra de recueillir des informations, voire même de décrocher très vite un entretien avec le responsable de recrutement. Ce n’est pas sorcier de se rendre au sein des restaurants, des commerces, des hôtels… Dans ce cas, il faudra préparer une mini-présentation résumant sa requête et sa plus-value pour l’entreprise afin de convaincre ses interlocuteurs facilement. Pour trouver les coordonnées d’une société, il est nécessaire de consulter les annuaires, lire la presse ou contacter des structures comme les CCI (Chambres du Commerce et de l’Industrie), les mairies, les syndicats et fédérations professionnelles.

Visiter les salons et les manifestations professionnels

Lorsqu’un étudiant à la recherche de son premier poste se rend à des salons ou à des évènements de ce genre, il a la possibilité d’y rencontrer des recruteurs, d’accéder à des offres d’emploi ou de trouver des opportunités. Il y a par exemple les journées su CIDJ, où il est possible d’assister à un salon d’emploi des saisonniers, des rencontres du pôle emploi, des forums emploi de l’AFJ (Association pour Faciliter l’Insertion professionnelle des Jeunes diplômés)… Sinon, il y a également les salons professionnels, dont celui de l’agriculture, de la restauration/ hôtellerie, etc.